Euro 2024 : Andy Robertson dit que l’Écosse a joué avec « peur » contre l’Allemagne et appelle à une réponse lors du match crucial contre la Suisse

Le capitaine écossais Andy Robertson a admis qu’ils n’étaient pas eux-mêmes et qu’ils affronteraient la Suisse avec « croyance » après avoir montré « peur » lors de leur défaite à l’Euro 2024 contre l’Allemagne.

L’Écosse doit prendre quelque chose à Cologne mercredi soir pour maintenir ses chances de progresser au-delà de la phase de groupes d’un tournoi majeur pour la première fois.

L’Écosse a impressionné lors des qualifications mais a remporté l’un de ses 10 derniers matchs et Robertson sait qu’il doit y avoir un changement.

« Nous devons simplement redevenir nous-mêmes », a-t-il déclaré.

« Nous n’étions définitivement pas nous-mêmes vendredi et nous devons comprendre ce qui nous a permis d’obtenir ces résultats dans le passé et ce pour quoi nous étions bons lorsque nous sommes arrivés sur le terrain, car le message en dehors du terrain n’a pas changé.

« Nous devons recommencer à nous faire confiance dans le jeu, à nous faire confiance les uns aux autres, et si nous y parvenons, nous serons une meilleure équipe. Vous l’avez vu en abondance lors de la campagne de qualification.

« Vous avez vu une équipe pleine de conviction et prête à se battre les unes pour les autres. Peut-être que vendredi nous avons joué un peu avec peur, ce que nous ne voulions pas. Ce n’est pas une tâche facile d’ouvrir un tournoi contre le pays hôte, je Je vous le dirai, mais nous avions suffisamment d’expérience sur le terrain pour faire mieux.

« Nous voulons regarder vers l’avant. Nous avons un grand match à venir [against Switzerland] ce qui nous passionne tous et nous voulons montrer à ce tournoi ce qu’est l’Écosse. Si nous faisons cela, je pense que c’est la meilleure façon pour nous d’obtenir un résultat. »

Steve Clarke a déclaré après la défaite 5-1 contre l’Allemagne qu’il avait peut-être donné « trop ​​d’informations » à l’équipe, ce qui aurait pu « embrouiller les joueurs ».

Mais Robertson a déclaré que cela dépendait des joueurs.

« Tout le monde s’est évalué après ce match et peut-être que le coach a été un peu dur avec lui-même », a ajouté le défenseur de Liverpool.

« Je pense que les informations qu’il a données étaient claires et je pense simplement que peut-être que l’occasion est arrivée à certains d’entre nous, certains d’entre nous n’ont pas réalisé notre meilleur match.

« Je ne pense pas que nous soyons allés sur le terrain et que nous ayons fait ce que nous avons fait pour arriver ici. »

Seule victoire dans l’esprit de Clarke

Steve Clarke visait quatre points lors des deux derniers matches de groupe, mais insiste sur le fait que seule la victoire est en tête contre la Suisse.

« Adversaire difficile, je m’attends à un match difficile », a-t-il déclaré.

« Pour nous, il s’agit de se regrouper et de repartir. C’est aussi simple que cela. Il s’agit de faire mieux, exactement cela.

« Les joueurs veulent revenir en arrière et mieux jouer et je pense que c’est assez standard quand on joue si mal et qu’on se laisse tomber.

« Comme je l’ai dit lorsque j’ai parlé à beaucoup d’entre vous dimanche, il s’agit de faire mieux, de mieux travailler dans le jeu.

« Nous pensions que nous étions bien préparés pour l’Allemagne, évidemment non. Donc cette fois, je pense qu’il vaut mieux ne pas en dire trop et j’espère qu’avec nos actions sur le terrain, nous montrerons que nous nous sommes bien préparés et qu’un résultat positif serait beau.

« Aborder le match en pensant qu’il suffit d’un point est dangereux. Nous y allons pour gagner, pour être aussi positifs que possible et nous voyons où cela nous mène.

« Il s’agit davantage de s’assurer que nous jouons aussi bien que possible et si nous y parvenons, je suis assez convaincu que nous pouvons tirer quelque chose du match.

« C’est un grand défi, une bonne équipe, beaucoup de bons joueurs, très forts dans la colonne vertébrale de l’équipe, qui défendent bien, ne donnent pas trop et ont beaucoup de rythme devant. Nous nous attendons donc à un match difficile. nuit. »

Le bilan de l’Écosse contre la Suisse

Le match de mercredi ne sera que la deuxième rencontre entre les deux équipes lors d’un tournoi majeur. L’Écosse a gagné 1-0 en phase de groupes de l’Euro 1996, Ally McCoist marquant le seul but.

C’est la seule victoire de l’Écosse lors de ses cinq derniers matches contre la Suisse.

Ils se sont rencontrés pour la dernière fois lors d’un match amical à Hampden Park en mars 2006, les visiteurs s’imposant 3-1.

Kenny Miller a marqué le seul but de l’Écosse à cette occasion – Steve Clarke espère un meilleur résultat cette fois ou ils pourraient prendre l’avion pour rentrer chez eux après l’Euro 2024.